Le lâcher-prise

Le « fameux » lâcher-prise. Celui dont tout le monde parle mais qui ne parle pas à grand monde. En effet, lâcher-prise demande d’inverser sa tendance à tout vouloir contrôler, à mentaliser tout ce qui nous arrive, à vouloir toujours tout savoir avant de d’agir.

Dans notre société on a pour habitude d’être dans le contrôle de tout : ses pensées, son image, son alimentation, ses relations, son travail, et j’en passe. Le lâcher-prise c’est arrêter de vouloir tout maîtriser et se laisser couler dans la vie, dans les événements, dans l’inconnu. Avez-vous remarqué que plus on veut lâcher prise et plus ça bloque ? C’est sûrement parce que le lâcher-prise ça ne se passe pas dans la tête mais ça se vit dans les tripes.

Pour la petite histoire, j’ai récemment pris un virage à 90°. Parisienne depuis mon enfance, j’ai décidé de tout quitter il y a un mois. Je ne vais pas vous raconter toutes les raisons autour de ce départ mais il a été un déclencheur dans ma vie.

Je baigne depuis longtemps dans le développement personnel et j’ai essayé beaucoup de thérapies différentes et beaucoup de méthodes. A force de persévérance, j’avais espéré lâcher-prise sur un certain nombre de choses. Il y a eu plein de situations pour lesquelles je me suis dit : « Ok, je lâche, je fais confiance, je laisse faire la vie ». Malheureusement, rien ne s’est passé ainsi ! Cela aurait été si facile de le décider, et hop ! Mais tout m’a demandé beaucoup d’efforts, aucune synchronicité ne se mettait en place, aucune fluidité à l’horizon. Alors j’ai décidé de faire une dernière chose et de tout quitter. Car plus je luttais sur place et plus je m’éloignais de ce que je voulais dans la vie.

A mon arrivée sur Bordeaux, je me suis trouvée face à un choix : continuer à être dans la lutte, à laisser mes croyances me pourrir mes projets, à écouter ma petite voix me rabaisser et me dire que j’y arriverai jamais. Ou alors, faire confiance à la vie. ME faire confiance et lâcher ce besoin que tout soit parfait, que tout soit maîtrisé.

C’est en écoutant un audio de Rachel Brathen, dite Yoga Girl que j’ai eu le déclic. Dans celui qui s’appelle « Manifesting Abundance », elle raconte son parcours. Dans un vrai moment de galère, où rien n’allait, elle a pourtant décidé de faire confiance à la vie. Et sa phrase m’est restée. Je me la passe en boucle dans la tête : « Trust that life will take you where you need to go », c’est à dire, « Fais confiance à la vie qui va t’emmener là où tu as besoin d’aller ».

A ce moment-là, j’ai décidé (mais sans me le dire vraiment) que je n’avais plus envie de lutter. Que j’étais fatiguée de mon fonctionnement, de ce qui tourne en boucle dans ma tête. J’ai accepté de laisser mes repères dans le passé et de refermer cette porte. J’ai accepté de ne plus rien savoir et que tout soit à écrire.

J’ai décidé d’être juste là et de faire ce qui doit être fait. Ni plus ni moins. Et depuis je me sens exactement là où je dois être. Je le ressens dans les tripes et pas dans la tête. Je ne sais pas combien de temps cet état de lâcher-prise et de confiance durera. Quelques semaines ou toute une vie, peut m’importe. Vivre ça c’est déjà tellement bon.

Je ne dis pas que je me sens planer tous les jours. Non. Tout refaire ici est difficile. J’ai des jours avec et des jours sans, mais je me sens capable d’avancer. D’être qui j’ai envie d’être. J’ai placé ma confiance dans la vie.

Lâcher-prise ce n’est pas faire quelque chose, c’est arrêter de faire, arrêter d’être dans l’effort, dans l’attente, dans la lutte. C’est admettre que tout ne sera pas rose, qu’il y aura des hauts et des bas mais que ce chemin est le sien et qu’il nous emmènera là où il faut.

Alors bonne route à toutes et à tous. Vraiment.

Agathe

 

4 Comments

  1. Un grand plaisir à te lire Agathe sur un sujet très intéressant. Pour aller encore plus loin dans la réflexion, je dirai que lacher-prise va à l’encontre de notre mode de fonctionnement actuel, raison pour laquelle il est si difficile à faire entrer dans nos vies. La quête du Saint-Graal. Une éducation protectrice, une recherche permettante de performance, une peur pathogène de l’echec, un contexte nourri abondamment par des informations anxiogènes, tout tend à faire de nous des êtres insécures qui passent leur temps et leur pensées à prévenir les coups et donner le change. Pour autant, nous vivons dans un pays en paix, un de ceux au monde qui est le plus protecteur, qui aide et accompagne comme nul au monde. Avancer sereinement dans la vie le nez au vent, explorer de nouvelles horizons, changer de voie, partir à l’aventure, et si on se faisait un peu confiance ? Quitons cette armure un peu étroite qui nous protége autant qu’elle nous sangle. La vie est belle. Je t’embrasse Marie

    • Agathe Reply

      Merci Marie de partager ici ta réflexion sur ce sujet. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur cet angle de vue positif sur la vie et la confiance ! A bientôt ! Agathe

  2. Un très bel article qui me parle beaucoup. Quand on a foi en ce que la vie nous réserve on a tout.
    Je pense qu’être en cohérence avec soi même n’est pas un chemin toujours facile, mais on crée beaucoup moins de résistances ainsi. Car qu’est ce qu’on peut perdre comme énergie à faire taire la petite voix intérieure qui nous dit ce qui est bon pour nous et qu’on ne souhaite pas écouter…

    Bises à toi,
    Lucie

    • Agathe Reply

      Bonjour Lucie ! Merci pour ton partage, cela me fait très plaisir que tu exprimes ton ressenti à ce sujet !

Laissez un commentaire

Navigate