Pour le lancement de mon nouveau site, j’avais envie de mettre à l’honneur Lara Histel-Barontini.

Nous nous sommes rencontrées via Instagram avant mon départ pour Bordeaux et j’ai tout de suite accroché avec cette personnalité qui respire la joie. Un vrai rayon de soleil…

Je vous laisse découvrir cette lumineuse thérapeute à multiples facettes : praticienne en shiatsu, professeur de yoga, instructrice en méditation, sophrologue, entrepreneuse… !

Pourrais-tu te présenter à nous en quelques mots ?

J’ai 35 ans et je suis une Happy yoga teacher, entrepreneuse, experte en Bonheur au Travail.

Quand je ne suis pas sur les routes parisiennes pour animer des ateliers et conférences sur la qualité de vie au travail, je me promène et médite, fait du yoga dans la forêt à côté de la longère dont je suis tombée amoureuse dans les Yvelines. Oui, j’aime les veilles pierres avec une histoire… un souvenir de mes études en Égyptologie et tradition familiale sûrement.

J’adore refaire le monde autour d’un thé chaï avec des amies et découvrir de nouvelles cultures et cuisines, ainsi que passer de belles soirées à dévorer des livres au coin du feu – serial lectrice assumée (rires). Je cultive précieusement le bonheur au quotidien, et je fais de mon mieux pour le transmettre.

Mon mantra : « Il y a au fond de vous de multiples petites étincelles de potentialités, elles ne demandent qu’un souffle pour s’enflammer en de magnifiques réussites » (Wilferd A. Peterson).

 

Qu’est ce qui t’a donné envie de nous livrer une partie de toi lors de cet interview féminité ?

J’ai commencé à lire ton blog peu de temps après le lancement de mon activité d’entrepreneuse dans le bien-être.

Je me suis reconnue très rapidement dans les mots et les valeurs que tu partages : bienveillance, douceur, transmission et féminité et cela me guide au fil de tes publications.

 

Si tu devais donner ta définition de la féminité, quelle serait-elle ?

La liberté d’être telle que je suis et de l’assumer : c’est-à-dire de ne plus avoir besoin du masque du maquillage et de la posture sociale CSP+…etc., pour me sentir femme et entrepreneuse.

Être une femme debout en référence à une sculpture d’Alberto Giacometti – L’homme qui marche – oser sortir de sa zone de confort et transmettre dans la bienveillance. Ma tenue yoga teacher au quotidien étant des leggings noirs pieds nus avec un débardeur !!

 

Être une femme de nos jours, facile ou pas ?

Etre une femme de nos jours ce n’est pas facile car les médias nous renvoient l’image de la femme parfaite : carrière avec un poste à responsabilité, sportive accomplie, épouse disponible, mère idéale qui fait des petits plats bio maison… et cultivée. Donc pas facile d’assumer sa singularité avec cette pression médiatique… A nous de créer notre féminité !

 

Aurais-tu aimé être un homme et pourquoi ?

Oui tout à fait pour le côté chevaleresque et pour savoir ce que cela fait de faire pipi debout. Je pense que bon nombre d’entre nous se pose la question (rires).

 

Etre une femme, cela s’est construit comment pour toi ?

Je me suis découverte femme tardivement en me reconnectant avec mon corps par le yoga et en m’apercevant que la féminité n’était pas une question d’artifices extérieurs mais un rayonnement intérieur, même quand je vais promener « Kiki « (son golden retriever de 34 kgs) dans la forêt, en tenue de sport.

Je m’étais complètement déconnectée de mon corps depuis une dizaine d’années, jusqu’à mon burn-out il y a 5 ans et mon séjour au sein du monastère bénédictin de Ganagobie dans le Lubéron :  silence,  paix, écoute, coupure totale avec  mon quotidien.

C’est un lieu magnifique de par son architecture et sa spiritualité. Je suis rentrée avec le besoin de redonner du sens à ma vie, en ne me doutant pas à l’époque que je commençais simplement à emprunter le chemin de mon épanouissement.

Je pars bientôt un mois dans un ashram de yoga afin de continuer à approfondir ma pratique et pouvoir la transmettre. J’ai réalisé que j’avais besoin de ce temps pour moi, pour me régénérer. Être naturellement à l’écoute de son corps, j’apprends  cela chaque jour auprès de mes élèves qui me permettent de grandir.

 

Qu’est-ce qui te donne confiance en toi en tant que femme ?

L’amour, le respect de mes proches ainsi que mon apprentissage en tant qu’artisan du bien-être me donne confiance chaque jour.

 

On sent que tu es passionnée par ton métier, qu’est ce qui te plaît particulièrement ?

Mon métier me nourrit intérieurement au quotidien par les retours de mes clients, élèves.

Je fais ma part du colibri :

Un immense incendie ravage la jungle.

Affolés, les animaux fuient en tous sens.

Seul un colibri, sans relâche, fait l’aller-retour de la rivière au brasier, une minuscule goutte d’eau dans son bec, pour l’y déposer sur le feu.

Un toucan à l’énorme bec l’interpelle : « tu es fou, colibri, tu vois bien que cela ne sert à rien ».

Je suis heureuse d’apporter chaque jour du bien-être au travail lors de mes ateliers et conférences.

 

Si tu devais me donner 3 adjectifs qui caractérisent ta féminité, que dirais-tu ?

La bienveillance, l’engagement, la dignité.

 

As-tu encore du chemin à faire sur ta découverte de la féminité, du féminin ? Peux-tu partager cela avec nous ?

Oui, tout à fait, je mène un combat pour être mère depuis 6 ans – long parcours PMA avec FIV ICSI. Je souhaite connaître ce bonheur car j’ai beaucoup d’amour à donner, pour moi cela fait partie de la féminité.

 

As-tu une anecdote à partager autour du sujet ? Un souvenir d’enfance, d’adolescence, de femme, une joie, une peine ?

Un souvenir d’enfance : ma maman en train de me tresser les cheveux au soleil, cette transmission de ce geste ancestral et ce moment suspendu, hors du temps…

 

Merci Lara pour ce magnifique témoignage à cœur ouvert !

Vous pouvez retrouver la retrouver sur larahistelbarontini.com.