Portrait de femme #2 : Julie

Voici le deuxième portrait de femme que je suis fière de vous présenter.

Cette fois-ci, il s’agit de Julie, 29 ans, angevine, sportive et fonceuse ! Comme quelques une d’entre nous, elle vit chez son chat. Elle est passionnée par la vie, les sourires, les regards et les petits déjeuners. Elle se décrit comme une femme d’un naturel optimiste, qui aime rassembler les gens et mélanger les personnalités. Julie croit profondément en l’être humain et au respect de notre belle planète portée par l’Univers.

Nous nous sommes rencontrées via Instagram et j’ai tout de suite accroché avec ses post frais, gais et authentiques. J’avais très envie d’en savoir plus sur cette jeune femme enjouée et pétillante et lui permettre de partager avec nous sa vision de la féminité.

A nouveau j’ai été très émue de ses réponses qui reflètent parfaitement sa sensibilité et sa personnalité. Inconnue pour certain(e)s d’entre vous, j’espère que cela vous plaira de mieux la connaître, ou alors de la découvrir sous un autre jour !

Quand je t’ai demandé d’être ma prochaine interviewée sur le sujet de la féminité, quelle a été ta première réaction ?

Tout d’abord, j’ai été touchée que tu aies pensé à moi. Puis je me suis sentie à ma place, suffisamment à l’aise avec ma féminité pour échanger sur ce sujet.

Pour toi, que signifie « être féminine » ?

Pour moi, être féminine correspond à la sensualité, c’est ce qui me vient en premier. J’ai toujours associé la féminité à des talons hauts, un collant satiné, une attitude mais surtout à une force. La femme est multiple, elle est à la fois douce, autoritaire, enchanteresse. Elle est dotée d’une sensibilité qui rassure et à qui on demande conseil.

J’aime également le côté décalé de la femme. J’ai d’ailleurs un tableau sur Pinterest qui s’appelle « Fée min ité ». J’aime y épingler des photos de femmes décalées, avec des cigarettes, un brin masculin ou avec des attitudes particulières.

Que penses-tu de la place de la femme dans la société ? As-tu l’impression que les choses bougent ou qu’il y a plutôt une régression actuellement ?

Personnellement, je me suis toujours sentie bien en étant femme. Enfant j’étais fière d’être une fille. Je trouve qu’on évolue vers un changement. Entre femmes, nous allons de plus en plus vers la sororité, nous nous faisons évoluer les unes et les autres.

Je pense que les mentalités changent. Le fameux #metoo a délié des langues, des blessures. On en a beaucoup parlé dans les médias et cela peut nous permettre de faire évoluer notre regard sur les femmes et nos modes d’éducation.

Qu’est-ce qui te semble le plus difficile dans le fait d’être une femme ?

De comprendre qu’une femme est « plurielle » ! La fragile, la délinquante, la romantique, l’extravagante, l’insoumise, l’obéissante. Dans notre société, une femme doit souvent rentrer dans une case, elle est « une mère », elle est « célibataire », elle est « femme d’affaires » mais on peut être un « tout ». J’ai repris cette inspiration de la chanson des Brigitte « Plurielle », j’ai eu une révélation en l’écoutant : « j’ai le droit d’être toutes celles que je veux ! ». Alors allons-y, soyons toutes celles que l’on a envie d’être.

Etre une femme, est-ce que cela se construit aussi dans le regard de l’autre et notamment d’un homme ?

Je pense que nous sommes toutes différentes. L’éducation peut nous aider à nous accepter le regard valorisant d’un père, les conseils d’une mère, les compliments d’une cousine, d’une amie. Je pense que c’est important de ressentir qu’on est « femme » dans le regard de celui qu’on aime. On a besoin de son regard bienveillant, de son soutien, de sa protection pour créer une belle harmonie dans la relation et pour pouvoir s’épanouir.

Qu’est-ce qui te donne confiance en toi en tant que femme ?

Je me réveille avec le maximum de pensées positives. Ensuite je prends soin de me préparer, je me maquille, je choisis mes vêtements en fonction de mon humeur, j’assortis ma tenue avec des bijoux et je me parfume. C’est un moment pour moi, ça me donne confiance pour commencer ma journée. Ainsi, je me sens connectée à ma féminité, à mon féminin sacré. En général, lorsque j’ai un coup de mou, je prends une douche, je mets une belle robe avec un joli rouge à lèvre et je me sens déjà mieux (ça ne règle pas tout mais ça recentre).

Je te suis sur Instagram depuis un bon moment et je sais que tu es très sportive. Peux-tu partager avec nous ce que cela t’apporte ?

Du bonheur ! J’ai toujours été sportive. J’ai fait de la danse très tôt et j’essaye encore aujourd’hui des sports différents même si, tu le sais, je suis amoureuse de la course à pieds. Le sport bouge les énergies, il créer de l’endorphine mais il m’aide surtout à me sentir bien dans mon corps. Depuis l’année dernière, je pratique également la méditation et je trouve que c’est un bon « combo »? Je permets à mon corps de s’activer mais aussi de se reposer. J’aime révéler de nouveaux défis et le sport m’aide à cela.

Si tu devais me donner 3 adjectifs qui caractérisent ta féminité, que dirais-tu ?

Sensuelle, force, douceur.

Comment te sens-tu en tant que femme parmi d’autres femmes, quand tu es en société ?

Il y a deux ans, je t’aurais répondu que les femmes sont dures entre elles, que je ne me sentais pas à l’aise avec des femmes que je ne connaissais pas. Dans la rue, je me baladais souvent à me disant « mais pourquoi elle me regarde comme ça ? je ne lui ai rien fait », « c’est quoi ? de la jalousie ? ».  Puis mon regard a changé  le jour où je me suis acceptée. J’ai compris que l’on n’était pas en concurrence, qu’on était toutes des sœurs en quelque sorte. Dans la rue, je n’ai plus répondu par un regard froid mais bienveillant. Ce sont mes lectures (« Pensée positive » de Louise Hay, « Les 4 accords toltèques » de Miguel Ruiz, « Lune rouge » de Miranda Gray) et des comptes Instagram (tels que Ilia Renon, Ore-elie, Latisanieretatouee et le tien, Aromassenciel) qui m’ont permis d’évoluer sur mon rapport aux femmes.

Que peut-on te souhaiter de beau, Julie, pour ta future vie de femme ?

De continuer à explorer toutes les facettes de la femme que je suis, de pouvoir un jour porter et donner la vie et de vivre pleinement avec un sourire radieux !

 

Agathe G.

Laissez un commentaire

Navigate